Camp d'été à Gèdre du 11 au 18 juillet 2021

 

Malgré une météo pas terrible au début du camp, nous avons bien profité de cette semaine de montagne.

Très bonne ambiance, partage en deux groupes au choix de chacun, quand ce fut possible.

 

Camping le Mouscat.

Qu'il fasse froid,

 

ou qu'il fasse chaud,

c' est l'apéro...(avec modération...)

 

Première journée : 12/7/2021

 

Plateau et granges de Coumely.


En cette journée digne d'un ''début novembre'', un groupe de 15 randonneurs démarrent ce séjour plein air.
Départ du petit Village de Gèdre.
Une montée en douceur dans la forêt nous mène au plateau de Coumely à environ 1700 m d'altitude. Heureusement que les fleurs sont présentes (jolis parterres d'iris bleus) car la brume persiste et la fraicheur est bien là.
Nous continuons plein sud pour apercevoir le lac des Gloriettes, mais en vain, le rideau reste fermé.
Après une pause déjeuner aux Granges de Coumely, retour en boucle sans oublier l'ascension du Tuco qui culmine à 1743 m.
Sortie d'échauffement !

Claude O.

Le départ

 

Première montée

 

 

Lis Martagon.

 

Champ d'Iris

 

 

Les granges de Coumély

 

Brouillard constant.

 

Première marmotte.

 

Le casse-croûte.

 

 

Monsieur a quelque chose à dire à Madame (nous n'en saurons pas plus)

 

Point d'observation.

 

Retour sur Gèdre.

 

Deuxième journée :13/7/2021

 

Le cirque de Gavarnie:

La journée ne s'annonçait pas belle : pluie sur l'ensemble du secteur. Nous avons décidé de monter en voiture au col des tentes pour tenter de passer au-dessus des nuages, mais peine perdue. Nous redescendons sur le village de Gavarnie au niveau duquel une trouée dans le ciel nous offrait un temps bien plus clément. Nous partons faire le fond du cirque par des chemins détournés et peu peuplés. Arrivés au fond du cirque nous décidons de rentrer par le sentier sous roche qui nous permet de circuler en balcon au-dessus du vallon. Dans le cours de la randonnée en faisant un exercice de positionnement nous nous sommes aperçus que nous nous trouvions exactement sur le méridien de Greenwich.

Michel L.

 

 

La plaine des spectacles.

 

La gardienne des lieux.

 

En pleine répétition.

 

Que voit-on ?

 

Le cirque qui se dévoile.

 

Passerelle.

 

Petite montée raide.

 

La grande cascade.

 

Certains viennent avec leur monture.

 

Retour par le sentier sous roche.

 

Une Ramondia.

 

 

C'est bien le sentier sous roche.

 

 

Le cimetière de Gavarnie.

 

 

 

Troisième journée : 14/7/2021

 

Les lacs de Cestrède:

C'est avec enthousiasme que nous avons attaqué cette journée pour le lac de Cestrède. Le début s'est fait dans une légère brume, mais dès que nous avons atteint le lac de Cestrède, le soleil est arrivé pour toute la journée. Nous avons rejoint ensuite la cabane de Cestrède, puis le lac d'Antarrouye et continué sur la crête de Hèche jusqu'au petit sommet 2258 m.

La descente s'est faite en circuit directement sur la cabane de Cestrède où nous avons repris le chemin de montée jusqu'au parking des granges de Bué.
Ce fut une nouvelle fois le plaisir d'admirer la limpidité de l'eau des ruisseaux et des lacs, ainsi que la variété inouie de fleurs comme les Iris blancs ou bleus, les lis Martagon rose violacé et aussi des plus rares de couleur orange. Des Joubarbes et des Orchidées. Rando très appréciée de tous les participants.

Guy B.

 Au départ.

 

La passerelle.

 

Lis Martagon et Iris.

 

Passerelle avant le lac de Cestrède.

 

Le lac de Cestrède.

 

Des Orchidées.

 

 

A la cabane de Cestrède.

 

 

Le lac d'Antarrouille.

 

Sur la crête de Hèche.

 

Au petit sommet.

 

La descente à travers les blocs.

 

 

Puis dans la pente herbeuse.

 

 

 

 

Retour à la cabane de Cestrède.

 

De nouveau le lac de Cestrède.

 

La descente continue.

 

La cascade de Soutarra.

 

Magnifique bouquet de joubarbe.

 

 

Quatrième journée :15/7/2021

 

1er groupe: Pico Escuzana et Pico Mondarruego par le Port de boucharo.

Ca y est, les étoiles de l'aube nous annoncent une superbe journée ensoleillée.
Départ du col des Tentes à 2207 m.
Après le port de Boucharo, nous rentrons en Espagne par un petit passage rocheux pour récupérer un chemin bien marqué à flanc de cette Sierra rocheuse. Au détour d'un second passage escarpé, nous apercevons les grandes vires que nous traverserons pour atteindre l'objectif.
Arrivée au col d'Escuzana à 2728, les 2 sommets prévus nous encadrent ! L'équipe se partage pour les atteindre simultanément (2766 m et 2845 m).
Le casse-croûte arrive à point nommé devant ce superbe panorama, de Torla au Casque en passant par tous les grands sommets locaux. On peut même apercevoir le bout de la vallée d'Ordessa.
Le retour se fait par le même itinéraire, mais toujours en admiration devant ces jeux de couleurs que nous offre cette montagne. Petit clin d'œil à nos crampons piolets qui étaient de la partie.

Claude O.

Au départ.

 

Début du sentier.

 

Petite escalade.

 

 

Et hop à la brèche.

 

 

Des Edelweiss.

 

Début de la vire.

 

 

 

Passage délicat.

 

La montée au col de l'Escuzana.

 

Au col de l'Escuzana.

 

Au sommet du Mondarruego.

 

Au sommet de l'Escuzana.

 

Vers le Taillon et la brèche de Roland.

 

Vers l'Ouest.

 

Retour au col.

 

 

 

Retour à la Brèche.

 

Un peu de repos avant le retour sur Boucharo.

 

2 ème groupe: Col du Pourteillou.

Départ Parking des granges de Saugué 1647 M, pour un petit groupe de 3, pendant que le gros de la troupe est parti sur les vires menant au Mondarruego.
Un petit air frisquet accompagne nos premières foulées, mais nous nous réchauffons vite à gravir ces grands espaces herbeux,
avec un balisage approximatif mais ça passe partout. Madame Marmotte pose pour la photo à l'entrée de son terrier.
Nous mettons deux heures à atteindre le col du Pourteillou 2238 M, mais le brouillard nous y attend. Pas pour longtemps car une fenêtre s'ouvre sur le balcon du Pourteillou, et nous descendons vite pour admirer la Brèche qui apparait et disparait derrière les nuages, le Taillon et tous les beaux sommets avoisinants.
Il nous faudra 1h40 pour revenir en circuit à la voiture.

Cathy D.

Dans la plaine.

 

 

 

Soum Blanc de Sécugnat.

 

Dans la rocaille.

 

Vue en arrière vers la Tuque Esparbère.

 

Vue sur gavarnie depuis le balcon du Pourteillou.

 

 

Sur le retour en circuit.

 

 

 

 

Cinquième journée : 16/7/2021

 

1er groupe: Pic de la Géla par les crêtes.

Départ chapelle de Héas à 1520 m.
Nous démarrons à la fraîche (7h), pour une montée progressive jusqu'à la fontaine de l'oratoire de la ''sainte famille'' à 1941 m en bordure d'une petite rivière.
Direction la Cabane des Aguilous pour la traversée d'une grande vallée vers la Hourquette d'Héas à 2608 m.
Attention : les choses sérieuses commencent ! Une crête aérienne nous sépare du sommet !
Pas à pas nous franchissons cet obstacle friable par endroits, pour gagner le Pic de Géla à 2851 m, MAGNIFIQUEEEEEEEE .
Sous un soleil éclatant, en surplomb des lacs de Baroudes, nous contemplons le mont perdu et ces disciples. En arrière-plan, le Vignemale s'impose sans ombre et coté Est, les massifs des Posets et de L'Aneto sont bien présents.
Retour en boucle par le col de la Géla en laissant au passage une harde d'Isards bien agiles.
Deux marmottes plus bas, la vue de nos voitures sonne l'arrivée d'une journée bien remplie.

Claude O.

Petite halte.

 

La cabane des Aguilous.

 

Montée vers la hourquette.

 

A la Hourquette de Héas.

 

Départ pour la crête des Aguilous.

 

Sur la crête.

 

 

 

 

 

Bientôt le sommet.

 

Au sommet de la Géla.

 

Vers la Hourquette de Chermentas.

 

Vers les lacs de Barroude.

 

La Géla depuis le col de la Géla.

 

Le Pic de Gerbats depuis le col de la Géla.

 

La descente vers la cabane des Aguilous

 

 

 

2 ème groupe: Chapelle de Héas - Vallée des granges de Cambieil.

Alors que 7 courageux sont partis de très bonne heure pour gravir la Géla et sa crête aérienne, nous sommes 6 au départ près de la chapelle de Héas 1525m, et nous cheminons par un temps radieux en direction de la cabane de l'Aguila . nous biffurquons à gauche et montons à travers le sarrat de terre Arrouye, village marmottes en vue . . . en un temps record tout le voisinage est averti de notre arrivée. Le plein d'eau à l'abreuvoir et petite pause à la cabane de Camplong 1989m avant de traverser la montagne du même nom où les choses se corsent. Autrefois une jolie ballade, ici la montagne a repris ses droits! Chemin
disparu, caillasses qui filent sous les pieds dans un terrain pentu. Faire demi-tour ? Quand-même pas ! Après 3 kms d'effort nous prenons notre repas bien mérité sur la crête, au col de Tuc d'Arrouy 2179m.
Retour en circuit au-dessus des granges de Campbieil, des fleurs à foison, et nous rejoignons le camping de Gèdre en passant par les moulins de Gèdre-Dessus.

Cathy D.

 Première montée depuis la chapelle de Héas.

 

 

 

Après la cabane de l'Aguila.

 

 

La cabane de Camplong offre un panorama grandiose.

 

Sur les pentes compliquées du Soum de Pelay.

 

 

 

 Repas sur la crête du Tuc d'Arrouy.

 

Vers le barrage des Gloriettes.

 

Vers le Vignemale.

 

Vers le Pic Long.

 

 

 

 

Des Oeillets.

 

Cabanes de La Baserque.

 

 

Les moulins.

 

Retour à Gèdre.

 

 

Sixième journée :

 

Col du Pourteillou (Pour ceux qui étaient à l'Escuzana et au Mondarruego le 4ème jour)

En ce dernier jour après quelques randonnées plus exigeantes nous avons décidé d'aller au col du Pourteillou afin d'avoir une vue exceptionnelle sur le cirque de Gavarnie. Une montée au travers des pâturages de Saugué, nous atteignons le col, puis nous redescendons manger sur un balcon où nos yeux ont pu aussi se régaler. La descente s'est faîte en boucle jusqu'aux granges de Saugué.

Michel L.

 La vue peu après le parking.

 

à mi chemin.

 

La vue grandiose depuis le balcon du Pourteillou.

 

 Les photos de ce compte rendu sont de: Marie-Vonne C, Claude et Véro O, Odile S, Kathy D, Guy B.

 

FIN

Menu Dernières sorties/galerie photo