Camp d’été à Saravillo, vallée de Ghistain du 7 au 13/07/2014

 

« Un p’tit coin d’ parapluie contre un coin d’ paradis »…

Le parapluie, ce fut lundi ! Le paradis, de mardi à samedi !

 

Lundi  07 Juillet: de Ghistain vers Serveto.

Le temps était vraiment gris mais, optimistes, nous voilà partis de Ghistain par le sentier  herbeux et humide du GR 19  vers le village de Serveto situé à deux heures  de là. La pluie nous a trouvés en chemin et c’est sous le poncho ou le parapluie que nous avons terminé cette petite randonnée de 3 heures de mise en jambes.

 

Traversée de Ghistain.

 

 

 

Les nuages sont bas....

 

 

 

Très bas, Les ponchos et parapluies sont sortis.

 

 

 

Nous rentrons.

 

 

 

 Séchage des ponchos, vestes, parapluies et chaussures aux cabañas préférées aux tentes.

 

 

 

 

Mardi 08 Juillet : le Port et le Soum de Sahun.

 

Montée facile et agréable vers le col de Sahun par des sentiers centenaires ombragés, bordés de vieux murets et de buis,  qui desservent de nombreuses granges ainsi que l’ermitage de San Mamès et son belvédère sur la vallée. Le sentier file ensuite dans les estives jusqu’au col de Sahun d’où l’on découvre la vallée de Bénasque , le massif de la Maladeta.

Cerise sur le gâteau, montée jusqu’au soum qui surplombe le col et agrandit le panorama.

 

Départ sur un vieux chemin.

 

  

 Une grange.

 

 

  

 Arrivée à l'Estibeta.

 

 

 

 Derriére nous, au fond le Mont Perdu et à droite la Punta Suelza.

 

 

 

Nous nous rapprochons du Port de Sahun.

 

 

  

 Au Port de Sahun, direction le Soum de Sahun.

 

 

  

Au sommet. A gauche L'Aneto.

 

 

 A la descente, arrêt à l'ermitage de San Mamés.

 

 

 

 

Mercredi 09 Juillet : la Punta Lierga

 

Enorme massif bien individualisé, la Punta Lierga attire les regards et les envies depuis la vallée de Bielsa.  Superbe montée soutenue dans des terrains très variés, forêt, raillère, crête menant vers de larges pâturages vallonnés, extraordinaires belvédères permettant une vue à 360° sur le Massif du Cotiella, la Peña Montañesa, le Tozal de Guara, le massif de Gavarnie avec le Mont Perdu, la Munia, le Bachimala et le massif des  Posets qui domine la vallée de Ghistain.

 

 Départ du col Santa Isabel.

 

 

 Rude montée dans la raillère.

 

 

 

Après avoir visité la Punta Betrin …

 

 

 

 …. direction la Punta Bocolon.

 

 

 

Nous ne sommes pas seuls.

 

 

 

Au sommet. Les Posets sont dans les nuages mais que regarde Annie ?

 

 

Évidemment le Mont Perdu émergeant des nuages.

 

 

 

De la Punta Boltorin notre camping et la vallée du Rio Zinqueta.

 

 

 

En face de nous le Mobison Gran et le Cotiella.

 

 

 

Jeudi 10 Juillet : l'Ibon del Sen

 

Pour varier les plaisirs, montée sportive de 1100 m vers l’Ibon del Sen, enchâssé dans un cirque minéral aux parois imposantes. Chemin ponctué de gorges très étroites mais aussi de jolies cascades rafraîchissantes. Le petit lac qui le précède invite à la détente dans un cadre plus champêtre.

 

 Les herbes envahissent les vieux chemins.

 

 

 Passerelle sur le barranco del Sen.

 

 

 

 A la cabane de Las Pardas.

 

 

 

Nous nous rapprochons.

 

 

Petit lac.

 

 

 

 L'Ibon del Sen enchâssé dans un cirque minéral.

 

 

 

 

Vendredi 11 Juillet : le Mobison Gran

 

Depuis trois jours, il nous narguait et nous tournions autour. Alors,  nous voilà partis du col de Santa Isabel  pour une belle randonnée où après la forêt et les buis, nous avons débouché sur la face sud du Mobison. Petit arrêt sur la crête ornée de ramondias et de saxiphrages.  Là, plus rien n’arrête le regard et les 3000 de la crête frontière nous accompagnent jusqu’au pied du Mobison où les derniers 200 mètres de montée se font par des marches où on pose parfois les mains. Longue pause au sommet pour apprécier une vue immense sous un ciel parfaitement bleu.

 

 Traversée de la raillére.

 

 

 

Pas un nuage sur le Mont Perdu.

 

 

 Le Mobison Gran ( à contourner )

 

 

Pour rallier la crête, on pose parfois les mains.

 

 

Sur la crête finale.

 

 

 

Au sommet le Mont Perdu à gauche, la Munia à droite.

 

 

 

Samedi 12  Juilet : l’Ibon de Plan et les pics de las Diez et de las Once.

 

Joyau de la vallée, l’Ibon de Plan ou Ibon de la Mora se love dans un écrin de pins et de roches aux couleurs magnifiées par l’éclairage matinal. Après une légère descente vers le lac depuis le refuge de Lavazar, rude montée dans les prairies puis les pierriers jusqu’à la Colladeta del Ibon avant de gravir les pentes raides et caillouteuses du pico de las Diez qui donnait l’heure, solaire, aux habitants de la vallée. Petite marche sur une crête facile bordant de hautes falaises jusqu’au pic de las Once où nous attendait le pique-nique devant un panorama impressionnant dont nous ne nous lassons pas ! Le retour se fait dans un véritable jardin regroupant toutes les espèces de fleurs rencontrées dans la semaine : tapis d’édelweiss,  bouquets d’asters, coussins d’androsaces et de daphnées, de linaires ou d’hélianthèmes…

 

 L'Ibon de Plan.

 

 

 De belles vaches.

 

 

 Une jolie fleur.

 

 

 

 Au colladeto del Ibon.

 

 

 

 La pente est raide.

 

 

 

 Arrivée sur la crête avant le Pico de las Diez.

 

 

Les Picos de las Diez y de las Once.

 

 

Montée au Pico de las Once.

 

 

 Au sommet.

 

 

 Tout petits …..

 

 

 Un parterre d'édelweiss.

 

 

 

 Des linaires.

 

 

 

Une jolie composition.

 

 

 

La randonnée aux Picos de las Diez y de las Once a été l’apothéose d’une semaine très réussie dans la vallée de Ghistain, sous  un beau ciel bleu avec un vent parfois vif qui nous a permis de ne pas avoir trop chaud.

L’hébergement sous tente ou dans des « cabañas » au camping très agréable de Los Vives à Saravillo ainsi que les moments de convivialité et les repas très reconstituants du soir ont ravi tous les participants de ce camp en Aragon.

 

 

Détente dans la piscine après les randos.

 

 

 

Préparation des randos du lendemain.

 

 

 

 

 

 

 

Menu Dernières sorties/galerie photo